Jhonder Cádiz, du Sport Lisboa e Benfica à Dijon. Mais pourquoi et comment ?

Partager l'article

Il est arrivé dans les derniers jours du mercato, alors que plus personne ne croyait possible la venue d’un vrai numéro 9 dans la capitale des Ducs. Envoyé en prêt avec option d’achat par le SL Benfica, qui l’avait lui-même acheté au Vitória de Setúbal fin juin, il est celui sur qui beaucoup d’espoirs ont été fondés côté dijonnais pour enfin améliorer le secteur offensif. Mais comment a-t-il pu atterrir à Dijon ? Quelle est l’idée du Benfica de le prêter immédiatement après son arrivée ? Et qui est Jhonder Cádiz ?

Du Venezuela à l’Europe, un parcours mouvementé

Avec le maillot du Monagas SC. Très grand le garçon

Jhonder Cádiz a 24 ans, mais il a déjà connu pas moins de 9 clubs différents dans sa carrière. Né dans la capitale vénézuélienne, à Caracas, tout a commencé pour lui au Deportivo Petare où il fait progressivement ses classes en tant que jeune apprenti. Tapant dans l’œil du plus grand club local, le Caracas FC, il y signera en 2013 pour y terminer sa formation en équipe B (à l’instar d’un certain Mama Baldé au Sporting CP). Un an seulement, car le talent de Jhonder ne laisse pas indifférent celui qu’il appelle le Professeur, à savoir l’entraîneur Eduardo Saragó qui va lui permettre d’éclore en A et de s’installer durablement au plus haut niveau local et même continental, celui-ci découvrant l’équivalent de l’Europa League sur-américaine, à savoir la Copa Sudamericana en 2014. Et encore une fois, les clubs portugais travaillant généralement très bien sur le football sud-américain, c’est évidemment l’un d’eux qui va l’attirer dans ses filets à l’été 2015.

Le club de l’União Madeira (Liga NOS) en obtient le prêt pour une saison en provenance de Caracas, où le jeune Jhonder jouera 26 matchs et marquera 4 buts dans une saison relativement compliquée sur le plan collectif. Malgré tout, l’autre club de la région, le CD National Madeira (Liga NOS), le signera définitivement en 2016 mais deux grosses blessures l’éloigneront des terrains pendant longtemps et il ne disputera que 11 matchs pour un seul but inscrit sur la saison 2016/2017. Ce qui n’empêchera par Moreirense (Liga NOS) de le faire signer en juillet 2017, pour Jhonder d’y jouer 22 matchs et de planter 2 buts, avant de résilier son contrat 6 mois plus tard pour des raisons personnelles et retourner au pays. Ce retour sur ses terres natales, au Monagas SC, lui fait un bien fou. Il retrouve de la confiance et inscrit surtout 8 buts en 17 matchs seulement. Une preuve de son mental très solide, car très nombreux seraient les joueurs à craquer après un début de carrière aussi tumultueux.

Finalement, c’est à nouveau le Portugal qui va l’appeler et définitivement cette fois. 25 juillet 2018, le Vitória Setúbal (Liga NOS) le récupère en prêt pour deux ans mais le fera signer à titre définitif très rapidement. Il y accomplira sa meilleure saison sur le plan personnel, en marquant 10 buts en 35 matchs et confirmant enfin le potentiel entrevu lors de son arrivée dans le circuit professionnel. Une saison record, qui va alors conduire le meilleur club portugais, le Sport Lisboa e Benfica (Liga NOS), à payer 3M€ au Vitória et le faire signer pour 5 saisons en juin 2019. Un accomplissement pour tout le travail réalisé par Jhonder, élu meilleur joueur de la saison par le journal local « O Setubalense » et qui arrive dans un des meilleurs clubs du monde et commence sans doute à rêver de nuits européennes enflammées à la Luz.

Joli dégradé

Pourquoi le Benfica l’a-t-il laissé partir ?

Mais à peine arrivé au SLB, et déjà surviennent les premières rumeurs de départ concernant Cádiz. Très étrange, surtout que Jonas vient d’annoncer son départ à la retraite et qu’il est alors avec Seferovic le seul numéro 9 de métier présent dans l’effectif benfiquista. Le départ de João Félix pour 126M€, et l’arrivée de Raúl de Tomás pour 20M€ en provenance du Real Madrid, auront malheureusement raison de lui. Il ne disputera que 15 minutes du premier match de préparation à la Luz contre Anderlecht, avant de se blesser et de ne pas disputer l’International Cup avec le Benfica aux USA. Le voici donc condamné à chercher un nouveau club, tout en devant se remettre physiquement. Cependant, il n’ira pas à chercher bien loin. En effet, peu de temps avant le match de championnat entre le Belenenses SAD et le SLB, le président de Belensenses déclare publiquement avoir un accord avec les encarnados pour le prêt de Cádiz et qu’il ne manque que l’aval du joueur. Petit problème, le joueur n’est pas chaud pour rejoindre les voisins de Bélem et les laisse sans réponse pour le moment. Mis au courant de l’intérêt de clubs comme le DFCO, le FC Bâle ou encore Kayserispor, il laisse mijoter tout ce petit monde. Le Benfica, qui a joué et remporté son match contre la SAD Belenenses (0-2) entre-temps, souhaite lui officiellement le laisser au Portugal pour qu’il puisse poursuivre sa progression.

Officiellement, car de nombreuses rumeurs (et très probablement fausses) ont fait état d’un arrangement entre les deux clubs portugais. Le club de Bélem obtient le prêt de Jhonder à des conditions avantageuses (prise en charge du salaire en intégralité, pas d’indemnité à régler), et le Benfica lui prend la victoire. D’autres ont fait état d’un second arrangement entre les deux clubs, avec à terme la possibilité pour le Belenenses de devenir un club satellite où le SLB pourra prêter sans problème nombre de joueurs mais aussi piocher dans l’effectif des bleus et blancs les meilleurs talents locaux à moindres frais.

Des rumeurs qui ne se confirmeront pas par la suite. Cependant, le choix d’acheter un joueur pour 3 millions d’€uros pour ensuite vouloir le prêter peut conduire à de nombreuses questions. Encore plus quand le Benfica va le céder au DFCO durant la fin de mercato en prêt, avec une option d’achat (montant non dévoilé pour le moment, dans l’attente du rapport financier côté Benfica) si le garçon se sent bien à Dijon et si le club souhaite le conserver. Loin de tout ce tumulte provoqué au Portugal, Jhonder va avoir l’opportunité de découvrir un championnat plus relevé et plus médiatique avec un challenge qui s’annonce toutefois compliqué : le maintien de Dijon en Ligue 1 Conforama. A lui de briller pour donner des regrets au Benfica, dont les supporters n’ont toujours pas compris le départ surtout vu les débuts de Raúl de Tomás sous le maillot rouge, et pour devenir le nouveau chouchou du public dijonnais en quête de sensations. Força Jhonder e bem-vindo !

Aurel

Salut, oui c'est moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page